Parc naturel régional

Prochaines animations patrimoine du Parc

  

Conférence : Horloge et temps qui passe

Dimanche 18 juin 2017 à 15h00 à la Maison du Parc – 20 boulevard du Maréchal Lyautey à Milly-la-Forêt

L’horlogerie est l’une des plus an­ciennes industries. Depuis des siècles l’homme a cherché à mesu­rer le temps pour mieux maîtriser l’organisation sociale. Un véritable artisanat s’est développé permet­tant notamment la fabrication d’horloges d’édifices. Celles-ci sou­vent très anciennes, révèlent la science et le génie des artisans qui les ont créées. Attentif à la sauvegarde de ce patrimoine méconnu et souvent caché, le Parc du Gâtinais français s’est associé à l’Association Française des Amateurs d’Horlogerie pour réaliser un inventaire des horloges d’édifice du territoire.

 

Conférence proposée par Cyrille Boulay, membre de l’Association Française des Amateurs d’Horlogerie Ancienne.

  

Ces rendez-vous sont gratuits.

 

Vous trouverez ci-dessous les affiches à télécharger.

 

 

 

 


Réduire vos factures d’énergie et augmenter votre confort : quels travaux réaliser, quelles aides financières ?

Le conseiller info-énergie du Parc naturel régional du Gâtinais français vous conseille et vous accompagne, gratuitement et de manière objective, dans tous vos projets d’économies d’énergie :

  • Quels travaux envisager ?
  • Quel niveau de performance atteindre ?
  • Quelles solutions techniques privilégier ?
  • Quelles aides financières ?

Les conseils sont réalisés par téléphone ou lors de rendez-vous chez vous ou à la maison du Parc.

Contact :

Thomas Bédot, conseiller Info Energie

Parc naturel régional du Gâtinais français

20, boulevard du Maréchal Lyautey

91490 Milly la Forêt

01 64 98 73 93

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


 

Le Parc Naturel Régional du Gâtinais Français propose aux habitants de tester le vélo à assistance électrique

En milieu rural, les dénivelés importants et les distances domicile-travail sont des freins à l'usage du vélo.

Le vélo à assistance électrique peut être une solution. En raison de son coût d'achat, il peut être intéressant de faire un test pour savoir si ce mode de déplacement vous convient.

C'est pourquoi le PNRGF vous propose de tester gratuitement pendant une semaine le vélo à assistance électrique !

 

Pour plus d'information, merci de contacter Mme Anaïs MORIN (a.morin@parc-gatinais-français.fr)

Vous pouvez également vous rendre sur le site du Parc en CLIQUANT ICI

 

 


REZO POUCE : auto-stop organisé

 

Pour les petites trajets ponctuels ou réguliers, en complément des moyens de transports existants, le Parc naturel régional du Gâtinais français met en place sur son territoire le système d'autostop de proximité, organisé et sécurisé Rezo Pouce.

 

Le dispositif fonctionne comme de l'auto-stop ordinaire, sans prise de rendez-vous préalable, à la différence que les usagers (conducteurs et passagers) sont identifiés par une inscription sur la plateforme Rezo Pouce et les arrêts de prise en charge matérialisés par un panneau "arrêt sur le pouce".

 

L'inscription est gratuite et se faite en mairie des communes participantes ou sur internet. À ce jour, 30 communes du Parc ont posé leurs arrêts sur le pouce et 25 autres vont les poser prochainement (voir la carte ci-dessous)

 

 

Inscrivez-vous et tentez l'expérience !! 

 

La SCIC Rezo Pouce lance l'application mobile

 

Elle est pour le moment uniquement disponible en version Android, nous vous invitons à la télécharger sur le Play store de votre mobile. La version iPhone est en cours de développement et devrait être disponible en septembre 2017.

 

Pour plus d'informations et trouver les arrêts près de chez vous : www.rezopouce.fr 

Découvrir le Parc naturel régional du Gâtinais français

 

 

Le territoire du Parc

 

Créé en 1999, le Parc naturel régional du Gâtinais français bénéficie aujourd’hui de la confiance renouvelée de ses partenaires, signataires de la Charte :

69 communes, 7 Communautés de Communes, le Conseil général de l’Essonne, le Conseil général de Seine-et-Marne, le Conseil régional d’Ile-de-France ont décidé de renouveler leur adhésion ou, pour certains comme Nanteau-sur-Essonne, de devenir une commune à part entière du Parc alors qu’elle était jusque maintenant une commune « associée »

Ces communes, adhérentes au Parc, ont en commun des patrimoines naturels et culturels qui en font un ensemble cohérent, préservé et accueillant :

  • des paysages contrastés : bois, forêts, terres agricoles, sable et grès du sous-sol
  • une présence très forte de l’eau : rivières, mares de village, marais
  • une utilisation par l’homme des spécificités locales : le grès dans les constructions, les sols sableux pour des cultures telles que les plantes médicinales, les rivières pour la culture du cresson
  • une faune et une flore qui se développent dans ces écosystèmes : l’abeille y trouve sa nourriture

 

 

 

La Charte du Parc

 

La Charte du Parc est un outil mis à disposition de tous, élus, habitants, associations, acteurs économiques, … afin d’envisager un avenir qui garantisse la préservation de l’identité du territoire dans lequel nous vivons et travaillons, de nos richesses patrimoniales, culturelles et, ne l’oublions pas : humaines.

Elle est élaborée pour une durée de 12 ans. La première Charte du Parc se termine. Un projet de nouvelle Charte a été élaboré par l’ensemble des partenaires pour la période allant de 2011 à 2023. La dernière étape est encore à venir : la validation par l’Etat et la signature du décret par le Premier ministre, au plus tard en mai 2011.

Selon la nouvelle charte, pour la période 2011 – 2023, le projet du territoire du Parc se décline selon les 3 axes stratégiques ci-dessous, chacun d’eux regroupant des objectifs :

Chacun de ces axes stratégiques se décline en plusieurs objectifs. Pour les atteindre, ont été définies les actions à mener, tant par le Parc que par chacun des partenaires.

En savoir plus sur le site du Parc.

 

" L’Abeille du Parc »

C’est à la fois :

Le logo du Parc, sur l’abeille et l’orge de qualité brassicole illustrent le Gâtinais.La forme ovale et l’étoile à huit branches sont communes à tous les Parcs ; l’étoile symbolise les espaces ouverts que sont les Parcs naturels régionaux.

... et le Journal d’information du Parc, régulièrement distribué et toujours disponible en mairie. Nous ne pouvons que vous conseiller de le lire.

 

 

L’action du PnrGf dans notre commune

 

 

Dans le cadre des missions ci-dessus définies, le Parc s’est impliqué dans de nombreuses actions pour notre commune, tant en terme de conseil que d’aide financière. En voici quelques exemples :

Une chouette chevêche, relâchée à Boisminard en 2008 Elagage des frênes à Boisminard

 

Avis de recherche des chauves-souris

Depuis plusieurs années, le Parc naturel régional du Gâtinais français travaille en partenariat avec le Muséum national d’histoire naturelle sur le suivi des chauves-souris les plus communes.Chaque année, le protocole est le même : grâce à un détecteur d’ultrasons, le Parc comptabilise le nombre de chauves-souris présentes sur 8 circuits de 30 km. Les résultats, transmis au Muséum, sont analysés et comparés au niveau national.

Depuis 2007, la tendance semble être à la régression pour l’ensemble des espèces. En effet, nos chauves-souris, toutes insectivores, souffrent du manque de proies qui disparaissent à cause de l’utilisation d’insecticides et de la disparition d’habitats (haies, mares, vergers, marais, …). Mais ce n’est pas tout, plusieurs espèces de chiroptères ont des difficultés à trouver des lieux convenables pour élever leurs petits et hiberner.Sur le territoire du Parc, l’hibernation des chauves-souris est encore bien mystérieuse..

Pour compléter les connaissances sur ces animaux, le Parc lance un avis de recherche !

Si vous avez vu des chauves-souris dans votre cave, votre grenier ou une dépendance, contactez le Parc au  01 64 98 73 93.

Quelques petits conseils... Calme, quiétude et fraîcheur sont de rigueur. En hiver, leurs proies disparaissant, les chauves-souris ne peuvent plus se nourrir et entrent en léthargie. La température de leur corps s’abaisse considérablement, et tous les mécanismes physiologiques sont extrêmement ralentis (rythmes cardiaques et respiratoires,…). Elles sont alors très fragiles et tout dérangement peut leur être fatal, en raison de la dépense énergétique liée au réveil qu’elles ne pourront pas compenser. Il est donc primordial pour leur survie de ne pas les réveiller ! Éviter le bruit et les lumières à leur proximité.